POINT DE LA SITUATION NATIONALE N °235 SUR LA COVID19 DU 22 OCTOBRE 2020.

Point de situation 235
Sur 899 tests réalisés, 24 sont déclarés positifs:
✅ 12 cas contacts suivis
✅ 07 cas Importés
✅ 05 cas communautaires
✅ 51 patients guéris
Bilan:
Le Sénégal a enregistré 👉 15508 cas positifs dont 👉 14026 guéris, 👉 321 décès. ▶️▶️ 1160 sous traitement.

✔SOYONS CONSCIENTS ,  RESPONSABLES ET DISCIPLINÉS.
✔RESTONS VIGILANTS  EN RESPECTANT LES GESTES BARRIÈRES ET LA DISTANCIATION PHYSIQUE ET EN PORTANT SYSTÉMATIQUEMENT NOS MASQUES POUR NOUS PROTÉGER ET PROTÉGER LES AUTRES POUR UN SÉNÉGAL GAGNANT.
💢Le ministère de la Santé et de l’Action sociale exhorte les populations à respecter les mesures de prévention.💥

Urgent : Cellou Dalein accuse les FDS d’avoir attaqué et défoncé le siège de son parti à Hamdallaye

El Hadj Cellou Dalein Diallo, vainqueur autoproclamé de la présidentielle du 18 octobre, a annoncé, ce mercredi soir, que le bâtiment abritant le siège de son parti, à Hamdallaye (commune de Ratoma), a été attaqué par les FDS (forces de défense et de sécurité).

Il va plus loin, révélant que les FDS ont même défoncé les portes de ses bureaux, pour y détruire tout leur contenu.

Ci-dessous, copie de sa publication sur son compte Twitter :

Alors que le dispositif policier autour de ma maison a été considérablement renforcé, 10 pick-up des FDS viennent de stationner devant le bâtiment abritant mes bureaux à Hamdallaye.

Des agents ont débarqué, ont défoncé le portail et forcé les portes d’accès aux bureaux.

Aux dernières nouvelles, ils sont entrain de tout détruire à l’intérieur du bâtiment. Nul ne peut agir de la sorte si ce n’est sous instruction de Alpha Condé.

Heureusement, la page du tyran sera bientôt définitivement tournée.

La CENI a violé la loi en publiant partiellement les résultats de la présidentielle du 18 octobre 2020 (Par Hamidou Barry)

Depuis le 20 octobre 2020, la CENI est en train de publier les résultats partiels issus de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020, ce qui constitue une violation des dispositions de l’article 162 de la Loi organique N° 39 du 24 février 2017 portant Code Électoral Révisé qui énonce que : «Le Président de la CENI rend public la totalisation globale des résultats provisoires dans le délai maximum de soixante- douze (72) heures, à compter de la date de réception du dernier procès-verbal des Commissions Administratives de Centralisation des Votes ».

Selon donc la lettre et l’esprit de l’article 162 du code électoral révisé précité, la CENI doit absolument attendre la réception du dernier procès-verbal des Commissions Administratives de Centralisation des Votes pour publier les résultats provisoires de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020.

Cette violation de la loi électorale par la CENI, s’ajoute à celle de son refus catégorique de remettre les procès-verbaux des bureaux de vote à chaque parti politique ayant présenté un candidat, comme le prévoit l’article 85 alinéa 04 du Code électoral révisé. Une fois encore, la CENI a récidivé dans la violation du code électoral révisé.

Pour cette violation, la Cour Constitutionnelle a brillé par son silence, alors que son rôle, en l’espèce, c’est de veiller à la régularité de tout le processus électoral, avant, pendant et après le scrutin.

En considération de ce qui précède, des actions en justice doivent être engagées contre la CENI et ses commissaires

Je rappelle que c’est avec le respect des lois, la justice pour tous que l’on peut établir la paix. On ne peut pas construire la paix dans les tueries, les arrestations et détentions illégales, les déportations, la destruction des biens. On ne peut pas construire la paix lorsque c’est une minorité de guinéens qui profitent de nos richesses.

Je demande au peuple de Guinée de continuer son combat pour changer un système de mal gouvernance instauré il y a environ trois décennies. Les guinéens doivent continuer le combat, conformément au droit, pour obtenir l’alternance dans notre cher et beau pays.

Je termine en disant que la solution durable et efficace pour cette crise politique et sociale, c’est la renonciation pure et simple par son Excellence le Professeur Alpha Condé à un troisième mandat ou que la CENI produise les vrais résultats issus des bureaux de vote. A défaut, la dictature va continuer avec son corolaire de violations des droits de l’homme.

Maitre El Hadj Hamidou Barry, Avocat à la Cour Enseignant-Chercheur

REVUE DE PRESSE AFRIQUE À la Une: l’Afrique de l’Ouest sous haute tension

« L’Afrique de l’Ouest serait-elle à la dérive ? », s’interroge L’Observateur Paalga au Burkina. « Il y a lieu de se poser la question tant les foyers de tension s’y multiplient. Il y avait déjà le terrorisme endémique dans lequel sont plongés depuis des années le Mali, le Niger et le Burkina. (…) Et comme si cela ne suffisait pas à notre malheur, voici que les troisièmes mandats d’Alassane Ouattara et d’Alpha Condé menacent de mettre leurs deux pays à feu et à sang. (…) Conakry, Abidjan, donc, et maintenant Abuja et Lagos au Nigeria, s’exclame L’Observateur Paalga, où les manifestations contre les violences policières ont dégénéré en émeutes malgré l’instauration du couvre-feu à Lagos et dans d’autres grandes villes du pays. Là également les cadavres s’accumulent après la dispersion brutale de jeunes révoltés au cours de ce que les Nigérians ont déjà qualifié de ‘bloody Tuesday’ (de mardi sanglant). Avec un tel environnement sous-régional qui n’incite pas à l’optimisme, soupire encore L’Observateur, on se demande qui viendra sauver qui et si la CEDEAO pourra se démultiplier pour circonscrire ces multiples départs de feu, elle qui est déjà tant et tant sollicitée. »

Que fait la CEDEAO ?

Justement, Ledjely, en Guinée estime que si la CEDEAO est sollicitée, elle prend tout son temps pour réagir…

Et même pire… « L’Afrique de l’ouest en feu, la CEDEAO atone », lance le site d’information guinéen. « La CEDEAO n’a rien retenu des conséquences de ses errements au Mali. C’est en tout cas l’impression que donne le silence qu’elle adopte aujourd’hui alors que la Guinée, la Côte d’Ivoire et le Nigeria sont au bord de l’implosion. Dans chacun de ces trois pays, constate le site guinéen, les citoyens endurent la violence d’Etat et ploient sur le poids de la répression policière, mais l’instance sous-régionale adopte l’attitude passive du spectateur indifférent. Entre 9 et 16 morts en Guinée, 12 au Nigéria et 7 autres malheureuses victimes à Dabou, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire ! Mais la CEDEAO n’est nullement émue, s’exclame encore Ledjely. Même pas un communiqué par faire part de sa préoccupation. Un mépris qui vient une nouvelle fois conforter l’idée selon laquelle cette organisation, jadis vantée comme un exemple sur le continent, n’est en réalité qu’un syndicat au service exclusif des dirigeants des pays de la sous-région. »

La Guinée au « bord du précipice » ?

Dans les pays concernés, la presse locale exprime son inquiétude face à la dégradation de la situation. Exemple en Guinée, où le site d’information Aminata dresse ce triste constat : « Le pays connait une violente crise post-électorale sans précédent. Depuis l’auto- proclamation de la victoire par Cellou Dalein Diallo sans attendre les résultats officiels de la commission électorale, le pays se dirige vers le précipice. Cette annonce du principal challenger d’Alpha Condé a mis les militants de l’UFDG (principal parti d’opposition) dans la rue pour célébrer la victoire. Depuis, les forces de défenses et de sécurité se sont mis en branle pour réprimer dans le sang les partisans de l’opposant Cellou Dalein Diallo. Dans son fief électoral de Ratoma, une des cinq communes de la capitale c’est le chaos. Des policiers et gendarmes se livrent à des massacres. Des jeunes innocents à la fleur de l’âge, qui n’ont rien a à voir avec la politique, sont tués par balles. »

Le Nigeria en quête de dialogue

Au Nigeria, le quotidien Vanguard s’alarme également : « au-delà de la protestation contre les violences policières, il y a aussi des revendications politiques et sociales. (…) Il faut que ces demandes soient transmises au gouvernement qui devrait alors organiser un dialogue national. (…) Pour leur part, poursuit le quotidien nigérian, les manifestants doivent quitter les routes et permettre à l’approvisionnement de circuler. L’économie ne doit pas être asphyxiée, sinon les effets combinés des manifestations et de la pandémie de COVID-19 pourraient la faire s’effondrer. »

Et le Vanguard de conclure : « notre pays est fragile face à ses défis économiques et sécuritaires. Nous avons besoin de sagesse et de prudence pour résoudre cette situation avec un minimum de dégâts. (…) Le temps du changement est venu, mais il doit être pacifique et non violent. »

Les quatre d’Iwacu toujours en prison

Enfin un « douloureux anniversaire » : cela fait un an jour pour jour que nos 4 confrères d’Iwacu, hebdomadaire en ligne burundais, sont emprisonnés à Bubanza, dans le nord-ouest du Burundi. Agnès, Christine, Egide et Térence avaient été arrêtés alors qu’ils couvraient des affrontements entre les forces de sécurité et un groupe armé. Ils ont été condamnés pour complicité à deux ans et demi de prison, alors qu’ils ne faisaient que leur métier. Depuis, la rédaction d’Iwacu est mobilisée pour leur libération.

SenCaféActu du 22 octobre 2020.

1 – Conseil des ministres du 21 octobre : Les décisions phares du conseil du Chef de l’Etat

  • Le Chef de l’Etat a, par ailleurs, félicité et exhorté les établissements de crédits à poursuivre les initiatives visant à accorder aux entreprises et aux salariés des reports d’échéances sur les encours de crédits jusqu’en fin 2020.
  • Le Président de la République a requis des Ministres en charge de l’Environnement et de la Géologie, un rapport exhaustif sur les risques géologiques qui menacent certains sites de la capitale et d’autres localités du pays.
  • Le Chef de l’Etat a invité le Ministre de l’Education, en relation avec le Ministre de la Famille, à mener des concertations avec les représentants des associations de maîtres coraniques, pour le traitement de leurs doléances dans le cadre de la consolidation du système éducatif et de la stabilité sociale.
  • Il a demandé aux ministres sectoriels impliqués de prendre les dispositions appropriées pour la réalisation des quatre (4) agropoles prévus dans les zones et collectivités territoriales ciblées
  • Il a adopté le projet de décret fixant les modalités de participation des investisseurs sénégalais dans les entreprises intervenant dans les activités pétrolières et gazières et classement des activités de l’amont pétrolier et gaziers dans les régimes exclusif, mixte et non-exclusif 

2 – Couverture de l’élection présidentielle guinéenne : Le Cored met en garde les journalistes et médias sénégalais

« Tout en comprenant l’intérêt que peut représenter ce scrutin, le CORED invite les journalistes et médias sénégalais à la plus grande prudence sur l’élection présidentielle en Guinée’ », écrit l’organe d’autorégulation des médias dans un communiqué reçu mercredi à l’APS. Il appelle également les médias du Sénégal à « faire preuve de la plus grande retenue en attendant la publication des résultats de cette élection par les instances guinéennes habilitées  à les rendre publics. Le CORED a lancé cet appel après qu’un quotidien sénégalais a écrit, dans son édition de mardi : « Présidentielle en Guinée, Cellou Dalein président ! »

3 – Des ressortissants guinéens ont violemment manifesté hier à Dakar : Entre échauffourées et lacrymogènes

Les forces de l’ordre ont dû utiliser des gaz lacrymogènes pour disperser des dizaines de manifestants, présentés comme proches de Cellou Dalein Diallo, qui voulaient accéder dans les locaux de l’ambassade de la Guinée à Dakar. Ces ressortissants guinéens, protestant contre le gouvernement de Alpha Condé, ont été dispersés par les policiers. 

4 – Affaire des berlines à 90 millions l’unité pour 656 900 000 francs : La police apporte des précisions

Le Bureau des relations publiques de la police a publié, hier, un communiqué pour apporter des éclaircissements.

« Il y a lieu de préciser que les 656 900 000 F Cfa représentent les acquisitions prévues sur trois ans, destinés à renouveler les véhicules de service et d’intervention de la police nationale ». En ce qui concerne les 90 050 000 F Cfa cités dans la presse, le Bureau des relations publiques de la police indique qu’il s’agit plutôt d’«un cumul de prix unitaires de trois catégories de véhicules constituant les 3 sous-lots du lot n°2. Pour le lot 1, qui concerne la fourniture de véhicules type 4×4 station wagon, il a été attribué à Cfao-Motors, le lot 2 (fourniture de véhicules genre berline), est revenu à Sénégalaise de l’automobile.
Le lot 3 (fourniture de véhicules de service type Suv) est attribué à Cfao et le lot 4 portant sur la fourniture de véhicules d’intervention genre pick-up double cabine mono cabine et camions transport de troupes, est revenu à EMG », précise la Police.

5 – Polémique sur les bonbons LGBT vendus aux enfants

Pour Oumar Diallo, directeur du commerce intérieur, interrogé par le journal l’Obs, « ce produit n’existe pas dans le commerce intérieur » au Sénégal. Suffisant pour que Mame Mactar Guèye apporte un démenti cinglant aux services du ministère du commerce dirigé par Mme Assome Diatta.

6 – Actu internationale

  • Tensions électorales : Près d’une quinzaine de morts en Guinée, 7 en Côte d’Ivoire, l’Afrique de l’Ouest dans la tourmente

    Au moins sept personnes sont mortes et une quarantaine ont été blessées dans des affrontements intercommunautaires qui durent depuis lundi dans et autour de Dabou, à 50 km à l’ouest d’Abidjan, à dix jours de la présidentielle en Côte-d’Ivoire.

    En Guinée, quatre corps de victimes d’armes à feu ont été déposées dans les morgues de l’Hôpital Donka et de Ignace Deen, un mort par arme blanche et deux autres par arme à feu calibre 12 ont été également enregistrés à Kissidougou. A Coyah également un citoyen de la localité a été abattu au calibre 12. Un policier a été lynché a mort à Bambéto et un autre poignardé à la Cimenterie.
  • Professeur égorgé : La France a rendu un hommage national à Samuel Paty

    « Samuel Paty a été tué parce qu’il incarnait la République qui renaît chaque jour dans les salles de classe », a dit Emmanuel Macron lors de l’hommage national qui a été rendu au professeur, dont l’assassinat, le 16 octobre, a suscité une vague d’émotion et d’indignation dans tout le pays, informe France 24.

7-Actu Sport

  • Idrissa Gana Guèye toujours poursuivi par un chat noir : Le milieu de terrain s’est blessé avant-hier  face à Manchester United et devrait manquer plusieurs semaines de compétition. L’international sénégalais souffre d’une déchirure aux ischios-jambiers.
  • Nouvelles des lions : Sadio Mané décisif lors du match Liverpool-Ajax, OM-Olympiakos : Ousseynou Ba impérial ; Kalidou Koulibaly contacté pour remplacer Van Dijk indisponible pour le reste de la saison à Liverpool.
  • Gorgui Sy Dieng élevé au Grade de Chevalier de l’Ordre national du Lion

    «Je remercie très sincèrement l’État du Sénégal pour cette haute distinction, mais aussi le peuple sénégalais pour son soutien constant et sa caution morale pour l’ensemble de nos actions. De tous les honneurs que j’ai reçus, c’est cette médaille de mon pays qui me fait le plus plaisir », a dit l’international de basket. Au-delà de ses performances sportives, le Chef de l’Etat a voulu récompenser l’engagement social de Gorgui, qui est une fierté nationale », a témoigné le Grand Chancelier de l’Ordre national du Lion, le Général Meissa Niang.

La rédaction de SenCaféActu

❇Ephémérides du jour 22 Octobre

✅22 Octobre 2018
Publication de la décision du Comité des droits de l’homme des Nations Unies qui considère que l’arrêt de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI) du 23 mars 2015, qui a condamné Karim WADE à un emprisonnement et une amende tous deux extravagants, viole l’article 14.5 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1966, signé et ratifié par le Sénégal.

✅22 Octobre 2016
Le Président Macky SALL inaugure la Centrale d’énergie solaire de Bokhol dans la région de Saint-Louis. D’une puissance de 20 mégawatts, SENERGY 2 est la plus grande centrale solaire d’Afrique de l’Ouest au moment de sa mise en service.

✅22 Octobre 1987
Décès de Momar Talla CISSE, Ministre du Tourisme. Il sera inhumé à Kaffrine après un hommage que le gouvernement lui avait rendu sur le parvis du Building administratif.

✅22 Octobre 1984
Les justices de paix et les tribunaux de première instance sont remplacés par les tribunaux départementaux et les tribunaux régionaux.

✅22 Octobre 1947
Laurent Marcel  WILTORD est nommé Gouverneur du Sénégal. Il succède à Oswald DURAND.

✅22 Octobre 1897
Arrivée à Podor à bord du « Borgnis-Desbordes » d’André LEBON, Ministre des colonies, pour saluer les Almamys du Boundou et du Lao, le chef supérieur des Irlabés, les Ebiabés et les principaux chefs locaux.

COMMUNIQUÉ DU CONSEIL DES MINISTRES DU 21 OCTOBRE 2020 ( Vidéo)

COMMUNIQUÉ CONSEIL DES MINISTRES

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL, a présidé le Conseil des Ministres, le mercredi 21 octobre 2020, à 10 heures, au Palais de la République. 

Le Chef de l’Etat a, à l’entame de sa communication, abordé la question de l’intensification du processus d’industrialisation au Sénégal. Il a, à ce titre, demandé aux Ministres en charge de l’industrie et de l’économie de finaliser l’actualisation consensuelle de la Stratégie nationale de Développement industriel, tout en invitant le secteur privé à relever, avec le Gouvernement, le défi de l’industrialisation.

Le Chef de l’Etat a également indiqué aux Ministres en charge de l’industrie et de la Coopération, l’urgence d’assurer le développement soutenu de la deuxième phase de la plateforme industrielle de Diamniadio, en veillant à la fixation, avec les acteurs institutionnels et partenaires, de ses modalités de gestion.

Le Président de la République a, au titre de la mise en place des agropoles pour intensifier l’aménagement et le développement territorial, demandé aux ministres sectoriels impliqués de prendre les dispositions appropriées pour la réalisation des quatre (4) agropoles prévus dans les zones et collectivités territoriales ciblées. Il a aussi rappelé au Conseil, qu’il rencontrera, le jeudi 22 octobre 2020, les élus territoriaux, à l’occasion de la tenue de la 1ère édition de la Journée nationale de la Décentralisation.

Le Président de la République, revenant sur le développement des activités des minoteries installées au Sénégal, a signalé au Ministre du Travail l’importance d’accorder une attention particulière à la situation des travailleurs dans les grandes entreprises de ce secteur fortement créateurs de richesses et d’emplois

Le Chef de l’Etat a, enfin, invité le Ministre du Commerce et le Ministre de l’Industrie à travailler de concert avec les industriels, les boulangers et les opérateurs économiques actifs dans le domaine, afin de faire du secteur de la minoterie, un pilier essentiel de la politique du « Produire et du Consommer local ».

Le Président de la République, abordant la mobilisation optimale des ministères durant la session budgétaire, relative à l’examen du projet de loi de finances pour l’année 2021, a rappelé au Gouvernement l’impératif, pour chaque ministre, d’œuvrer, avec ses services, pour une participation de qualité aux travaux de l’Assemblée nationale.

Le Chef de l’Etat a, au chapitre du climat social, de la gestion et du suivi des affaires intérieures, magnifié les brillants résultats des enseignants-chercheurs sénégalais à l’issue des travaux de la 42ème session des Comités consultatifs interafricains du CAMES. Il a, dans cette dynamique, engagé les ministres concernés, en relation avec les autorités académiques à veiller à la préservation de certains enseignements spécifiques dans nos universités, ainsi qu’à la réorganisation académique de nombreuses formations dans des établissements publics spécialisés en adéquation avec les besoins et l’environnement.

Le Président de la République a, notamment, invité le Ministre de l’Education, en relation avec le Ministre de la Famille, à mener des concertations avec les représentants des associations de maîtres coraniques, pour le traitement de leurs doléances dans le cadre de la consolidation du système éducatif et de la stabilité sociale.

Le Chef de l’Etat a, par ailleurs, félicité et exhorté les établissements de crédits à poursuivre les initiatives visant à accorder aux entreprises et aux salariés des reports d’échéances sur les encours de crédits jusqu’en fin 2020. 

Le Président de la République, pour conclure ce chapitre, a requis des Ministres en charge de l’Environnement et de la Géologie, un rapport exhaustif sur les risques géologiques qui menacent certains sites de la capitale et d’autres localités du pays.

Le Chef de l’Etat a, abordé le suivi de la coopération et des partenariats en informant le Conseil des initiatives visant la réhabilitation et l’amélioration de l’exploitation de la ligne ferroviaire Dakar-Bamako.

Le Président de la République a terminé sa communication sur son agenda diplomatique.

Au titre des Communications, 

Le Ministre d’Etat, Secrétaire général de la Présidence de la République dans sa communication sur la cérémonie d’ouverture des Ateliers thématiques du forum portant sur le « Bilan d’étape du Code minier de 2016 » qui s’est tenu à Diamniadio le 13 octobre 2020 sous sa présidence.

Le Ministre des Finances et du Budget a rendu compte de la mobilisation des ressources financières, des dépenses liées à la pandémie de la COVID-19 et de l’exécution du budget

Le Ministre du Développement communautaire, de l’équité sociale et territoriale a fait une communication sur l’évaluation du Programme national de Bourse de Sécurité familiale.

Le Ministre des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement a fait une communication portant sur la modernisation, la sécurisation et la rationalisation des services délivrés aux usagers des transports routiers.

Le Ministre de la Santé et de l’action sociale a fait une communication sur la gestion de la pandémie, sur la démobilisation de certains centres de traitement épidémiologiques (CTE).

Le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a fait le point sur la situation de la pluviométrie, le suivi des cultures, les exportations des produits horticoles.

Le Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation a fait une communication sur le système LMD, la restructuration de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et le Campus franco- sénégalais (CFS).

Le Ministre, en charge des Collectivités territoriales a fait le point sur l’organisation prochaine de la première journée de la Décentralisation qui se tiendra à Diamniadio le 22 octobre 2020.

Le Ministre du Développement industriel a fait le point sur les agropoles et sur l’actualisation de la politique industrielle.

Le Ministre en charge des Relations avec les Institutions a fait le point sur l’agenda de la session budgétaire.

Le Ministre, en charge du suivi du Plan Sénégal Emergent a fait le point sur les avancées et la mise en œuvre des réformes.

Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a examiné et adopté :

  • Le projet de décret fixant les modalités de participation des investisseurs sénégalais dans les entreprises intervenant dans les activités pétrolières et gazières et classement des activités de l’amont pétrolier et gaziers dans les régimes exclusif, mixte et non-exclusif ;
  • Le projet de décret portant organisation fonctionnement du comité national de suivi du contenu local (CNSL) dans le secteur des hydrocarbures ;
  • Le projet de décret fixant les modalités d’alimentation et de fonctionnement du fonds d’appui au développement du contenu local (FADCL).

Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes :

Monsieur Mbaba Coura NDIAYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde de solde n°513.808/I, précédemment Ministre- Conseiller à l’Ambassade du Sénégal à Beijing, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, avec résidence à Ouagadougou, en remplacement de Madame Khadidiatou Tall DIAGNE;

Monsieur Serigne DIEYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde de solde n°518.082/E, précédemment Ministre-Conseiller à l’Ambassade du Sénégal à Ottawa, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Abdelmajid TEBBOUNE, Président de la République Algérienne Démocratique et Populaire, avec résidence à Alger, en remplacement de Madame Anta Coulibaly DIALLO;

Monsieur Mame Oumar THIAW, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°616.206/C, précédemment Ministre- Conseiller à l’Ambassade du Sénégal à Washington, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Ali Bongo ONDIMBA, Président de la République gabonaise, avec résidence à Libreville, en remplacement de Monsieur Abdoul Ciré DIA ;

Monsieur Saliou Niang DIENG, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°606.898/E, précédemment Ministre- Conseiller à Représentation permanente du Sénégal auprès des Nations Unies à New York, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Hassan ROHANI, Président de la République Islamique d’Iran, avec résidence à Téhéran, en remplacement de Monsieur Amadou SOW ;

Madame Fatoumata Binetou Rassoul CORREA, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°604.132/J, précédemment Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal en République fédérative du Brésil, est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Marcelo Rebelo de SOUSA, Président de la République portugaise, avec résidence à Lisbonne, en remplacement de Monsieur Cheikh Amadou Tidiane NDOYE ;

Monsieur Paul Benoit SARR, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n°518.962/G, précédemment Ministre-Conseiller à l’Ambassade du Sénégal au Caire, est nommé Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Mahamadou ISSOUFOU, Président de la République du Niger, avec résidence à Niamey, en remplacement de Monsieur Oumar MAL ;

Madame Rokhaya BA, matricule de solde n°660.670/A, précédemment Consul général du Sénégal à Milan, est nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Sénégal auprès de Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République togolaise, avec résidence à Lomé, en remplacement de Madame Bineta Samb BA.

Fait à Dakar le 21 octobre 2020
Le Ministre, Porte-Parole du Gouvernement
Ndèye Tické Ndiaye DIOP

POINT DE LA SITUATION NATIONALE N °233 SUR LA COVID19 DU 20 OCTOBRE 2020.

Point de situation 233
Sur 816 tests réalisés, 27 sont déclarés positifs:
✅00 cas contacts suivis
✅18 cas Importés
✅09 cas communautaires
✅57 patients guéris
Bilan:
Le Sénégal a enregistré 👉15459 cas positifs dont👉 13922 guéris, 👉 320 décès. ▶️▶️ 1216 sous traitement.

✔SOYONS CONSCIENTS ,  RESPONSABLES ET DISCIPLINÉS.
✔RESTONS VIGILANTS  EN RESPECTANT LES GESTES BARRIÈRES ET LA DISTANCIATION PHYSIQUE ET EN PORTANT SYSTÉMATIQUEMENT NOS MASQUES POUR NOUS PROTÉGER ET PROTÉGER LES AUTRES POUR UN SÉNÉGAL GAGNANT.
💢Le ministère de la Santé et de l’Action sociale exhorte les populations à respecter les mesures de prévention.💥

REVUE DE PRESSE AFRIQUE À la Une: le Nigeria fatigué des violences policières

« Depuis deux semaines, le pays est secoué par des manifestations de jeunes protestant contre la brutalité policière, relève Le Point Afrique. La méthode du président Buhari semble à bout de souffle. Le gouvernement a beau proposer de supprimer la SARS, l’unité de police très controversée, pour trouver une issue à la crise, il y a peu de chances que cela suffise. Les manifestants restent mobilisés à Lagos, Abuja, Ughelli, Ogbomosho et dans les 21 États du pays. Fait inédit, remarque encore Le Point Afrique, nombreux sont ceux qui osent désormais réclamer la démission du chef de l’État. Beaucoup d’observateurs se demandent jusqu’où peut aller ce mouvement de contestation essentiellement porté par la jeunesse du sud du pays et les femmes. »

D’autant que les récriminations et les revendications se multiplient, comme le constate L’Observateur Paalga au Burkina : « de la rage contre les flics brutaux et ripoux, les manifestants en sont arrivés aujourd’hui à pester contre le prix du carburant dans ce pays pourtant premier producteur africain d’or noir et contre celui du sac de 50 Kg de riz qui se négocie à 35 nairas soit un peu plus de 50.000 FCA, le tout sur fond de revendication de paix. Mais aujourd’hui, poursuit le quotidien ouagalais, ce ne sont plus les têtes des poulets, à l’origine de la fronde, que les croquants demandent mais la démission pure et simple du chef de l’Etat, jugé responsable des dérives dans le pays. Il faut dire, souligne encore L’Observateur Paalga, que le locataire d’Aso Rock ne semble pas avoir pris toute la mesure de la situation, lui qui devait dès le début s’adresser à ses compatriotes mais a préféré se murer dans un mutisme assourdissant. »

La Guinée sur la corde raide

À la Une également, les tensions post-électorales en Guinée… L’opposant Cellou Dalein Diallo a revendiqué dès lundi la victoire à l’élection présidentielle de dimanche et depuis le ton monte du côté du pouvoir… « La déclaration de Cellou Dalein Diallo a échaudé le camp présidentiel qui en est groggy, relève le site guinéen Aminata, notamment le gouvernement qui se réserve le droit de porter plainte mais cette déclaration a aussi pris de court la CENI qui menace de sanctionner l’opposant. »

Depuis plus de 24 h, la résidence de Cellou Dalein Diallo est encerclée par les forces de l’ordre. Ses partisans étaient descendus dans les rues à Conakry, dès lundi soir après sa déclaration annonçant être sorti vainqueur de l’élection présidentielle dès le premier tour. Et des violences se sont produites. Notamment un jeune garçon de 14 ans a été tué par balles, apparemment par les forces de l’ordre.

Le site d’information Ledjely a recueilli le témoignage du père : « mes enfants ont profité de mon sommeil pour sortir observer la joie des partisans de Cellou Dalein Diallo. J’étais donc à la maison quand des enfants sont venus pour me dire que mon fils avait reçu une balle et que des gens l’avaient envoyé à la clinique (où il a succombé). (…) Dieu jugera ceux qui ont été à la base de son assassinat. »

« Un sentiment d’impuissance, commente Ledjely, que ressentent de nombreuses familles guinéennes dont les proches ont été assassinés par les forces de défense et de sécurité sans que les coupables et les commanditaires ne soient identifiés. Selon l’UFDG, principal parti d’opposition, deux autres cas d’assassinat ont été enregistrés lundi à Hamdallaye et à la Carrière. Ce qui porte le bilan à trois morts. De nombreux cas de blessés dont certains par balles sont également rapportés. »

Que peut faire la communauté internationale ?

Alors attention, prévient Le Pays au Burkina, « les trois morts qu’annonce l’UFDG à la suite des heurts qui ont accompagné la revendication de la victoire de son président, sont les signes avant-coureurs de l’éruption meurtrière que promet le volcan guinéen. Le pire peut cependant être évité, estime le quotidien ouagalais, si la communauté internationale se donne les moyens de mettre la pression sur le pouvoir en place afin que les résultats des élections soient conformes à la vérité des urnes. Mais on peut douter de la sincérité de certains acteurs de cette communauté internationale qui ressemblent à des pêcheurs eaux troubles. Et au nombre de ces derniers, il faut compter en premier la CEDEAO, s’exclame Le Pays. On peut, en effet, mettre à l’index le jeu trouble de l’organisation communautaire dans cette crise guinéenne. Car, c’est elle qui, en effet, avait donné son quitus au processus électoral, rappelle le journal, malgré les cris d’orfraie de l’opposition et les réserves de l’OIF, l’organisation internationale de la francophonie. »

SenCaféActu du 21 octobre 2020

1 – Chiffres alarmants du Pr Kassé : 125 000 sénégalais seront atteints du cancer d’ici 20 ans

Pour le spécialiste, le Pr Abdoul Aziz Kassé, chaque année 10549 contractent la maladie dont les 70% finiront par en mourir, a –t-il confié au Témoin. La formation, le Registre du cancer et le Programme contre les cancers sont le triptyque qui doit faire gagner le combat contre ce grand tueur.

2 – Bonbons promouvant la débauche enfantine : Le ministère du commerce retire tous les stocks du marché

Le directeur du commerce intérieur fait retirer tous les bonbons taxés de promotion aux mouvements LGBT pour atteindre les enfants par Jamra et l’Ascosen (Document)

3 – A cause de la pandémie, la famille Omarienne ne célèbre pas le Gamou cette année

Pour des raisons liées à la pandémie de la COVID-19, la famille Omarienne après avoir sorti un communiqué il y’a de cela quelques semaines, a tenu une conférence de presse ce mardi après-midi pour réitérer ses propos sur l’annulation du Maouloud 2020. En effet, cette décision émane de leur guide Thierno Madani Tall. Ce dernier demande à tous les disciples de la famille Omarienne de célébrer le Maouloud là où ils sont. Il n’y aura ni célébration officielle du Maouloud, ni tenue de la grande Ziarra annuelle à la mosquée Omarienne, rapporte Dakaractu.

4 – Bilan épidémiologique : Le Magal de Touba n’a pas engendré un rebond de la pandémie, selon l’Unité de veille et de prévention mise en place par le khalife

« Nous étions en mesure de nous prononcer 08 jours après le grand magal, mais nous avons préféré attendre 15 jours. Aujourd’hui, nous sommes en mesure de dire que le magal n’a nullement favorisé  une quelconque propagation du virus de la covid19.  Autant dire que les indicateurs épidémiologiques se sont effondrés 15 jours après l’événement », a indiqué l’ancien recteur de l’université de Bambey. 
L’universitaire et coordonnateur de l’Unité  d’Action et de Prévention Épidémiologique a donné quelques chiffres signalant que : – 408 cas positifs ont été détectés 14 jours avant le 18 safar et 302 cas 15 jours après, – 232 cas contacts décomptés 14 jours avant et 163 cas contacts 15 jours après. Par rapport aux cas graves, il dira que 205  ont été listés 15 jours avant le magal et 76 quinze jours après. Idem pour le nombre de décès qui en était à 10 quinze jours avant le magal et à 07 quinze jours après.

5 – Les passagers débarquant au Sénégal doivent présenter un test PCR négatif, à partir de ce mercredi

« En raison de la recrudescence des cas importés COVID-19, est d’application Immédiate, la circulaire 1723 rendant obligatoire le test RT-PCR COVID-19 pour tout passager embarquant dans un aéronef à destination du Sénégal », annonce le ministre du Tourisme et du Transport aérien, dans un communiqué reçu hier.

6 – Actu internationale

  • Le gouvernement américain lance des poursuites contre Google pour abus de monopole :  En lançant mardi des poursuites contre Google pour abus de position dominante, les autorités américaines ont déclenché la plus importante action judiciaire depuis près de 20 ans contre l’un des piliers technologiques du pays, préfigurant de possibles actions en justice contre les autres géants de la tech, Apple, Facebook et Amazon.
  • Guinée : Le président de la commission électorale nationale indépendante de la Guinée s’est présenté à la télévision nationale pour donner les premières tendances issues de quatre communes : Matoto, Matam, Kaloum et Boffa. La tendance est plutôt favorable au président sortant, le professeur Alpha Condé, selon la Ceni. Cellou Dalein Diallo a déclaré, sur la 2STV, que ces résultats sont bien sur falsifiés.
  • Présidentielle américaine : La Floride, Etat décisif, a voté hier

    Près de 30 millions d’Américains ont déjà déposé leur bulletin de vote pour l’élection présidentielle du 3 novembre, alors que les électeurs de Floride se sont amassés lundi devant les bureaux de vote, au premier jour du vote anticipé dans cet État considéré comme crucial pour l’issue du scrutin.

7 – Actu Sport

  • Présidence du CNG : Serigne Mbacké Ndiaye dit ne pas être intéressé

    « Je ne suis pas intéressé. J’aime bien la lutte, j’aime bien le milieu de la lutte, j’ai  beaucoup d’idées que je donne d’ailleurs au président Alioune Sarr qui fait un travail formidable. Le milieu de la lutte doit énormément à trois personnalités: Abdoulaye Makhtar Diop qui, en tant  que ministre de la Jeunesse et des Sports avait initié les promoteurs avec des licences. La deuxième personnalité c’est Alioune Sarr qui a fait un travail remarquable », a confié Serigne Mbacké Ndiaye à Igfm.
  • Ligue des champions : Edouard Mendy sauve Chelsea d’une défaite face au Seville et récolte les félicitations de son coach Franck Lampard

    «  Il a très bien joué lors de ses trois matches. Dans l’état actuel des choses, il est le numéro 1, mais il faut toujours se battre pour cette place. Mais je suis très heureux de ses performances », affirme l’ex capitaine des Blues.

La rédaction de SenCaféActu

RSS
EMAIL