Appui de la Banque mondiale à Senelec : 37 mille ménages pauvres bientôt branchés.


Appui de la Banque mondiale à Senelec : 37 mille ménages pauvres bientôt branchés

37 mille 500 ménages à faible revenu vont bénéficier d’un raccordement au réseau électrique sans aucun frais, grâce à la phase 2 du Projet d’appui au secteur de l’électricité (Pase) financé par la Banque mondiale, qui a été lancée hier.

Par Khady SONKO – Le coût du branchement et de l’installation électrique intérieure constitue parfois une barrière majeure au raccordement des ménages les plus pauvres au réseau électrique de la Société nationale d’électricité (Senelec). Afin de pallier cela, la phase 2 du Projet d’appui au secteur de l’électricité (Pase) a été lancée hier pour le raccordement au réseau électrique de 37 mille 500 ménages à faible revenu.
Le Pase consistera à réaliser gratuitement le branchement de ces ménages, ainsi que la fourniture et la pose du matériel électrique dans leur logement. «Ces services n’entraîneront aucun frais pour les 37 mille 500 ménages», a insisté Chris Trimble. Le spécialiste principal en énergie de la Banque mondiale s’exprimait hier, à la cérémonie de lancement de la composante 2 du Pase.
Avec ce projet innovant, les bénéficiaires ont fait l’objet d’un ciblage rigoureux utilisant le Registre national unique (Rnu), cet outil institutionnel créé en 2015 par la Délégation à la protection sociale et à la solidarité nationale (Dgpsn) avec l’appui de la Banque mondiale. «Le Rnu constitue aujourd’hui le registre social le plus abouti du Sahel, listant près de 570 mille ménages les plus pauvres du pays, soit 27% de la population. Récemment mis à jour, il constitue un outil essentiel qui contribue à l’efficacité des dépenses sociales et est utilisé par de nombreux programmes sociaux», a expliqué M. Trim­ble.
Dans le cadre de ce projet, le Rnu a permis de cibler les populations les plus pauvres et les plus vulnérables dans les 14 régions du pays. «Avec l’appui de la Dgpsn et de ses opérateurs sociaux, des assemblées communautaires se sont tenues au niveau local et dans tout le pays depuis le début de l’année afin de valider et mettre à jour, en toute transparence, les listes extraites du Rnu et d’ainsi identifier les 37 mille 500 ménages à faible revenu répondant aux critères d’éligibilité du projet», a développé le spécialiste en énergie à la Banque mondiale.
Un nouvel air souffle chez les ménages bénéficiaires qui verront sans nul doute, avec le dé­marrage des travaux de la phase 2 du Pase, leur qualité de vie s’améliorer grâce aux op­por­tunités qu’offre l’accès à l’électricité.
Depuis 2012, la Banque mondiale accompagne le gouvernement du Sénégal et la Senelec à travers le Pase qui bénéficie d’un financement de 155 millions de dollars de la Banque mondiale et de 94 millions de dollars de la Banque européenne d’investissement. «Aujourd’hui, nous lançons les trois activités restantes qui sont destinées à améliorer les performances commerciales de la Senelec.» Les deux premières activités visent à réduire les pertes commerciales de la Senelec ou, en d’autres termes, à améliorer les performances de la Senelec dans le recouvrement des factures, notamment avec les projets de sécurisation de 50 mille ménages et de 20 mille cantines dans les marchés publiques de Dakar et des régions. «Ces projets permettront de diminuer les pertes de la Senelec et donc améliorer la viabilité financière de l’entreprise publique et du secteur. En parallèle, ces activités contribuent à améliorer la sécurité d’électricité des clients de la Senelec», s’est félicité M. Trimble.
ksonko@lequotidien.sn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *