Infrastructures sportives : Les travaux du stade olympique de Diamniadio bouclés à 70%

La construction du stade Olympique de Diamniadio avance à un rythme satisfaisant. Un tour dans ce chantier renseigne du travail déjà abattu par les techniciens et ouvriers.

À Diamniadio, plus précisément au niveau du stade olympique en construction, les travaux avancent. Les turcs en charge des travaux, aidés par des ouvriers locaux, s’activent pour respecter le cahier des charges : c’est-à-dire livrer le stade au plus tard en février 2022. Les travaux, d’une durée de deux ans, ont été lancés en février 2020, après la pose de la première pierre par le Chef de l’État. Le stade comptera 55.000 places pour un coût de 155 milliards de FCfa. « Nous sommes à plus de 70% des travaux ; ce qui veut dire que nous terminerons à date échue », a déclaré le responsable des projets de la Sogip (Société de gestion des infrastructures publiques des Pôles urbains de Diamniadio), Djibril Diop, joint au téléphone.

C’est un stade de dernière génération dont les formes futuristes sont en train de se dessiner, et les Sénégalais auront le plaisir de le découvrir le jour de son inauguration, a-t-il poursuivi. Considéré comme pourvoyeur d’emplois, le stade olympique utilise près de 1500 travailleurs dont 70% de Sénégalais. L’infrastructure va ainsi abriter un terrain principal entouré d’une tribune de 50.000 places, avec quatre vestiaires, un musée qui portera le nom de Pape Bouba Diop, une salle de conférences, une loge présidentielle avec bureau et toutes les autres commodités vont garnir cette partie du stade.

À propos justement des vestiaires, il faut souligner qu’ils disposeront aussi d’une salle de massage avec des vibromasseurs pour faciliter la récupération des joueurs après le match, selon la description qui a été faite de l’infrastructure. Outre ces installations, le Stade olympique sera doté d’une partie annexe avec une piste d’athlétisme et une tribune de 2000 places ainsi que d’un stade d’entraînement multifonctionnel. Selon Djibril Diop, l’infrastructure obéit aux normes internationales. « Et parallèlement, le stade va disposer des dernières technologies qu’on voit dans tous les stades du monde comme la technologie pour l’arbitrage vidéo appelé Var, la Goal line technologie. Cette technologie utilisée pour la pelouse n’existe pas encore en Afrique de l’Ouest. Nous serons les premiers à l’avoir. C’est une technologie qui permet à la pelouse d’avoir une durée de vie plus longue. Il y aura également des écrans interactifs », s’est réjoui M. Diop.

Avec cette technologie, le chef de projet à la Sogip estime que si la maintenance est telle qu’il l’envisage, on peut avoir une pelouse avec une durée de vie comprise entre 8 et 10 ans. « Aujourd’hui, le gros œuvre est presque bouclé. Il ne nous reste pratiquement que les aménagements extérieurs. Si tout va bien comme nous l’avons prévu, en février le stade pourra être livré.

soleil

Please follow and like us:
RSS
EMAIL