Journée de la paix : La règlementation minière au cœur des échanges à Kédougou

Lors de la journée internationale de la paix tenue vendredi dernier, à l’initiative des organisations de la Société Civile (Osc), les échanges ont tourné sur le thème : « Paix autour de l’environnement des ressources minières dans la région de Kédougou ».

KEDOUGOU-Un forum impliquant tous les secteurs d’activités dont les orpailleurs, a été tenu à cette occasion avec en toile de fond, la question de la paix à Kédougou. Et les acteurs sont d’avis que la paix dépend en grande partie, des zones d’orpaillage artisanal de la région. Suffisant pour qu’un accent particulier soit mis sur la paix à travers les villages d’orpaillage.

Venus prendre part à cette journée, les orpailleurs venus de toutes les contrées de la région, les forces de défense et de sécurité, les élus locaux, les chefs de services, les autorités administratives, les Ong, les membres de la société civile… se sont donné comme objectif, de promouvoir la paix dans l’environnement des ressources minières dans la région tout en l’entourant d’objectifs spécifiques tels que : « développer un plaidoyer fort autour de l’environnement des ressources minières, sensibiliser les décideurs sur la pression que subit l’environnement dans les zones d’orpaillage, orienter certaines actions de responsabilité sociétale d’entreprise vers la restauration de l’environnement des zones minières, mais aussi, identifier des mécanismes communautaires de gestion et de préservation de l’environnement ».

C’est dans ce sens que l’adjointe au gouverneur chargée des affaires administratives, Mme Djégui Ngom Fall qui présidait la rencontre a indiqué : « la gestion des ressources minières est très complexe, mais la paix n’est pas impossible. Il faudrait juste que nos populations accompagnent nos forces de défense et de sécurité, accompagnent également l’Etat et les chefs de services pour un respect de la règlementation qui est là, pour les populations ». Elle a fait comprendre que l’Etat n’a pas intérêt à combattre les orpailleurs ou les sociétés minières.

« Tout ce que l’Etat veux, c’est de les encadrer à réussir leur mieux tout en évitant de détériorer l’environnement. Le service des mines et la direction de l’environnement font de leur mieux pour accompagner les orpailleurs mais aussi, pour qu’ils respectent la règlementation » a-t-elle appuyé. Mieux, la société civile cherche quant à elle, à développer un tissu social, économique et environnemental stable au profit des populations de Kédougou, plus particulièrement, celles des villages aurifères. Amadou DIOP (Correspondant)

Please follow and like us:
RSS
EMAIL