Le Nobel de physique attribué à Syukuro Manabe, Klaus Hasselmann et Giorgio Parisi

Secretary General of the Royal Swedish Academy of Sciences Goran Hansson, center, flanked at left by member of the Nobel Committee for Physics Thors Hans Hansson, left, and member of the Nobel Committee for Physics John Wettlaufer, right, announces the winners of the 2021 Nobel Prize in Physics at the Royal Swedish Academy of Sciences, in Stockholm, Sweden, Tuesday, Oct. 5, 2021. The Nobel Prize for physics has been awarded to scientists from Japan, Germany and Italy. Syukuro Manabe and Klaus Hasselmann were cited for their work in “the physical modeling of Earth’s climate, quantifying variability and reliably predicting global warming”. The second half of the prize was awarded to Giorgio Parisi for “the discovery of the interplay of disorder and fluctuations in physical systems from atomic to planetary scales.” (Pontus Lundahl/TT via AP)

Le Nobel de physique 2021 a été attribué mardi à deux experts de la modélisation physique du changement climatique, l’Américano-Japonais Syukuro Manabe et l’Allemand Klaus Hasselmann, ainsi qu’au théoricien italien Giorgio Parisi.
Le Nobel de physique 2021 a été attribué mardi à deux experts de la modélisation physique du changement climatique, l’Américano-Japonais Syukuro Manabe et l’Allemand Klaus Hasselmann, ainsi qu’au théoricien italien Giorgio Parisi.

Le prix Nobel de physique 2021 a été attribué ce mardi à deux experts de la modélisation physique du changement climatique, l’Américano-Japonais Syukuro Manabe et l’Allemand Klaus Hasselmann, ainsi qu’au théoricien italien Giorgio Parisi.

C’est un prix scindé en deux. Il récompense tout d’abord l’Américano-Japonais Syukuro Manabe et l’Allemand Klaus Hasselmann pour leurs travaux précurseurs sur les sciences climatiques.

Syukuro Manabe a démontré dans les années 1960 le lien entre émission de CO2 et réchauffement climatique, cela semble évident aujourd’hui, mais encore fallait-il le prouver. Syukuro Manabe y est pour quelque chose : ses travaux ont également posé les bases des modèles climatiques actuels.

Klaus Hasselmann, lui, est un autre pionnier du domaine. Dans les années 1970, il a notamment travaillé sur les liens entre météo et climat. Il a également contribué à une meilleure compréhension du réchauffement climatique et de la responsabilité des activités humaines. Les méthodes qu’il a développées ont permis de le prouver.

Ce prix Nobel récompense également un Italien, Giorgio Parisi. C’est la théorie des systèmes complexes qui lui vaut ce prix. Comment des fluctuations à l’échelle de l’infiniment petit ont des répercussions à l’échelle planétaire ?

Des travaux très importants en matière climatique, mais qui ont également des implications en biologie, en neuroscience ou même en informatique.

C’est ce qu’a d’ailleurs voulu souligner le comité Nobel qui note que notre connaissance du climat aujourd’hui se repose sur des bases scientifiques solides, des bases qu’ont contribué à édifier les lauréats du jour.

Please follow and like us:
RSS
EMAIL