LES PRÉTENTIONS ET AMBITIONS À L’ANTICHAMBRE DE LA DÉMOCRATIE LOCALE.

Avec les élections locales qui se profilent, notre pays et notre peuple se trouvent face à un défi à relever et notre démocratie des chantiers à consolider. SEM MACKY SALL n’a eu de cesse de songer à la consolidation et la poursuite d’un processus démocratique dans lequel aucune formation politique ne doit et ne peut se croire plus impliquée.
Certes les prétentions et autres ambitions se sont infiltré dans ce processus créant ainsi une grande confusion dans la méthode de perception de ces élections dont la prévalence est plus de nature locale que nationale. Aussi il serait absurde et ridicule de se construire un mode de perception qui consiste à prendre ces élections locales comme le premier tour d’autres élections à envergure nationale en ce sens qu’il s’agit d’une interpellation individuelle de portée collective.
Il importe ainsi de prendre pleinement conscience de la manière d’aborder ces élections et, par voie de conséquence, en tirer les responsabilités politiques qui se rattachent à sa mise en oeuvre pour une prise en charge des attentes et préoccupations des populations.
Dans cette optique il apparaît utile d’engager une démarche de responsabilité individuelle fondue dans le collectif des attentes et préoccupations d’une situation locale dont la résolution des problèmes est fonction du degré de citoyenneté des prétendants et autres candidats à la candidature.
Aussi il apparait utile de prêter une attention toute particulière à la proximité sociale qui se doit d’être entendu à travers une mise en branle d’expériences qui doivent constituer une réponse objective et dynamique aux questionnements des populations à travers des résolutions qui puisent leur authenticité dans leur ressenti collectif. C’est le genre d’interpellation politique qui s’adresse à toutes les personnes soucieuses de l’amélioration du cadre de vie et d’évolution de leur compatriotes de l’interieur. La préoccupation des populations reste la mission première dévolue à chaque candidat à la candidature, ce qui doit l’amener à mettre ses prétentions en veilleuse pour être à même d’épouser la dimension des préoccupations et attentes des populations. Il s’agit là d’un défi à relever méthodiquement parce que objectivement en ce sens que toute initiative prise ou à prendre doit s’effectuer de manière ciblée pour répondre efficacement aux besoins locales avec pour finalité une répercussion au processus de développement socio-économique.
Aussi il faut être à même de mettre en adéquation les programmes de gouvernance aux évidences locales qui ne sauraient être systématiquement politiciennes, en ce sens que les démarches à proposer doivent être au dessus d’un nombrilisme exacerbé, d’un narcissisme désopilant et d’une suffisance outrageante.
Les postulants et prétendants à la candidature doivent comprendre que la réponse aux questions, que se posent les populations de nos localités respectives, est loin d’être politicienne parce que se voulant politique voire de gestion, d’organisation et d’administration de nos localités. Un déterminant social qui pourrait conférer un nouveau souffle et donner un élan prometteur aux localités étouffées par les excès d’autorité et mettre en mouvement le développement dynamique parce que rationnel et objectif de gouvernance locale impulsée par une synergie agissante. Toutefois la mise en mouvement de cette exigence citoyenne doit s’adosser sur des perspectives innovantes d’aménagement et de promotion des localités. En ce sens qu’il faut garder à l’esprit qu’il existe au niveau des localités des compétences et expériences qui ne demandent qu’à être mise en évidence dans l’optique d’une exploration méthodique des potentialités préalable à une exploitation efficiente bien menée.
Une donnée sociologique qui offrirait la possibilité de procéder à une remise en cause de procédés politiciens, à la limite nombrilistes, qui ont fini de démontrer leurs limites dans le cadre de la gouvernance locale.
Les localités s’attendent plus à ce que l’on prenne en compte leur vécu quotidien en ce sens qu’elles aspirent à se faire représenter par des personnes proches de leurs réalités suscitant un déclic citoyen qui s’inscrirait en droite ligne dans un processus une mise en évidence de leurs aspirations légitimes qui se résument par la résolution des problèmatiques quotidiennes.
Il ne s’agit pas de faire étalage de ses positions et grades ou user d’une proximité avec un leader ou responsable politico-administratif moins encore procéder à une exhibition de ses mérites personnelles. Ce qui importe ici c’est avoir l’intégrité morale et intellectuelle de les mettre exclusivement au service de sa localité.
Ce n’est ni le temps moins encore le lieu de s’accrocher à des prébendes et privilèges pour prétendre se positionner dans ces joutes qui interpellent capacité et faculté d’innovation pour être à même de dynamiser les potentialités dont disposent les localités. Ce qui nécessite la présentation d’un programme de gouvernance bien élaboré qui met en évidence un connaissance et une maîtrise de la situation locale qui soit à même de mesurer l’impact des projets et autres réalisations sur l’évolution socio-économique, culturel et environnemental de la localité par une régulation méthodique des actions à mener.
En effet il faut être dans les dispositions d’effectuer un retour innovant sur une prise en compte et en charge des besoins exprimés comme non exprimés par les populations, en plaçant la promotion de la morale et l’éthique au centre de toute prétention pour stimuler les actions à entreprendre, dans l’optique de répondre objectivement aux interrogations multiples qui se posent au niveau des localités.
Ce qui permettrait de leur offrir des perspectives à long terme dans l’optique d’une finalisation et stabilisation des projets éventuels.
Aussi toutes prétentions et ambitions doivent être à l’opposé de l’antichambre de la démocratie. Ousseynou NIANG.

Please follow and like us:
RSS
EMAIL