Projet des 100 000 logements : Le Fongip, la Fhs et l’Apbef signent un accord tripartite pour accompagner l’État

Le Projet des 100 000 logements sera accompagné par le Fonds de garantie des investissements prioritaires (Fongip), le Fonds pour l’habitat social (Fhs) et l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Sénégal (Apbef). Ces trois structures ont signé un accord tripartite à Dakar hier.

Le Sénégal, à l’instar de la communauté internationale, a célébré la journée mondiale de l’habitat le premier lundi du mois d’octobre. Au Sénégal, cette journée a été marquée par la signature d’une convention entre le Fonds de garantie des investissements prioritaires (Fongip), le Fonds pour l’habitat social (Fhs) et l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Sénégal (Apbef). Cette convention vise à accompagner la mise en œuvre du projet des 100 000 logements, une initiative du Président de la République Macky Sall. Selon le Ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique, Abdoulaye Seydou Sow, l’objectif est de faire en sorte que « chaque Sénégalais, partout où il se trouve, et quels que soient ses revenus, puisse accéder à la propriété immobilière ». C’est pour appuyer ce projet des 100 000 logements que le Fonds de garantie des investissements prioritaires (Fongip), le Fonds pour l’habitat social (Fhs) et l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Sénégal (Apbef) ont décidé d’unir leurs forces.

Pour le Ministre Abdoulaye Seydou Sow, la signature de cet accord tripartite constitue une étape majeure dans l’accompagnement des bénéficiaires de logement social à travers l’opérationnalisation du mécanisme de garantie. « Assurément, la garantie Fhs et Fongip permet d’offrir au secteur bancaire un outil performant pour accompagner les acquéreurs, en particulier ceux qui ont des revenus faibles ou irréguliers qui ne sont pas éligibles aux conditions classiques des banques », a souligné le Ministre de l’Urbanisme. Pour étayer ses propos, Abdoulaye Seydou Sow a cité une étude de la Bceao qui avait montré que seuls 2,7% des financements bancaires étaient destinés à l’habitat et que la durée moyenne des prêts hypothécaires était de 6 à 7 ans au Sénégal contre 20 ans au Maroc, 19 ans en France et 25 ans en Afrique du sud. « Avec ce nouveau dispositif mis en place par le Gouvernement, je voudrais vous inviter à œuvrer pour inverser cette tendance qui, à coup sûr, permettra d’améliorer les conditions de vie de beaucoup de Sénégalais », a dit Abdoulaye Saydou Sow.

Les chiffres des emprunts immobiliers

Le président de l’Association professionnelle des banques et des établissements financiers du Sénégal, Mamadou Bocar Sy, affirme que la signature de cette convention est intervenue au bon moment. Il croit qu’elle pourrait améliorer le dispositif classique de financement. « C’est un accord inclusif entre le Fongip, la Fhs et les banques », a commenté le directeur de la Banque de l’habitat du Sénégal (Bhs). Selon lui, les dernières statistiques du financement du logement dans notre zone (Uemoa) indiquent que le Sénégal porte plus de 60% d’emprunts immobiliers. « Ce n’est pas une raison pour nous arrêter. Il faut amplifier ce mouvement. Le projet de 100.000 logements permettra de faire mieux », a ajouté Bocar Sy. Il a demandé que l’on corrige la statistique montrant que seuls 2,7% des financements étaient destinés à l’habitat. « C’est une statistique à corriger parce que nos compatriotes s’endettent sous d’autres créneaux pour investir dans le logement », a-t-il souligné. Mamadou Bocar Sy a donné des assurances aux autorités gouvernementales en faisant savoir que dans le cadre du projet des 100 000 logements, les banques feront leur travail. « Le contrôle sera rigoureux car il s’agit de ressources publiques. Nous sommes chargés d’y veiller », a-t-il fait savoir.

MAMADOU BOCAR SY, PRÉSIDENT DE L’ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DES BANQUES ET DES ÉTABLISSEMENTS FINANCIERS DU SÉNÉGAL

« L’accès au logement des personnes du 3ème âge est une préoccupation »

L’accès au logement des personnes du 3ème âge a été abordé par Mamadou Bocar Sy, président de l’Association professionnelle des banques et des établissements financiers du Sénégal. Selon lui, « cette question est préoccupante ». Il a invité les Sénégalais âgés de 25 à 30 qui ont un emploi à se préoccuper tôt du logement plutôt d’attendre la fin de leur carrière professionnelle pour le faire. « Même si le crédit du logement doit être remboursé sur 25 ans, les banques ne pourront prêter que sur la durée d’activité restante », a fait savoir Mamadou Bocar Sy. « Les Sénégalais doivent savoir que le logement est une question de vie. Il faut en faire une priorité », insiste-t-il. Eugène KALY

Please follow and like us:
RSS
EMAIL